Réussir Grandes Cultures 09 mai 2017 à 08h00 | Par La rédaction

Une usine pour plusieurs débouchés du chanvre

Abonnez-vous Réagir Imprimer
L'usine de 14 000 m2 emploie aujourd'hui 30 personnes.
L'usine de 14 000 m2 emploie aujourd'hui 30 personnes. - © Cavac

Aujourd'hui, 150 adhérents de la coopérative agricole vendéenne Cavac cultivent 2000 hectares de chanvre. Récoltée par la coopérative, la paille est stockée chez les producteurs et chez d'autres agriculteurs disposant de capacités, l'objectif étant d'alimenter l'usine chaque jour de l'année. À l'usine, la paille est contrôlée pour vérifier notamment sa pureté et son humidité. Les balles sont décompressées. Puis des broyeurs percutent la paille pour séparer les fibres du cœur de la tige, la chènevotte. La fibre, qui représente 20-25 % de la plante, est reconditionnée en balles.

L'usine de 14 000 m2 emploie aujourd'hui 30 personnes.
L'usine de 14 000 m2 emploie aujourd'hui 30 personnes. - © Cavac

Du béton de chanvre avec la chènevotte

Une partie est vendue à l'industrie papetière pour la fabrication de papiers techniques, ainsi qu’à l'industrie automobile pour l'insertion en substitution des fibres de verre dans les tableaux de bord ou garnitures de portières. Le reste est transformé sur place en isolants thermiques proposés en panneaux et rouleaux. L’usine est la seule en Europe à disposer à la fois d'une unité de défibrage et d'une unité de nappage. La chènevotte, qui représente 50-55 % du volume, est vendue en granulats pour la production de béton de chanvre, en paillage horticole et en litière pour chevaux et petits animaux. Le reste est constitué d’eau et de fines. Celles-ci sont orientées vers des filières énergie (combustibles, méthanisation), compostage, granulation. L'usine de transformation permet aussi de valoriser dans les isolants et l'industrie papetière une partie de la paille du lin oléagineux cultivé par les adhérents de la Cavac.

Olivier Jadeau, directeur de Cavac Biomatériaux.
Olivier Jadeau, directeur de Cavac Biomatériaux. - © Cavac

«Tous nos marchés se développent »

Témoignage d'Olivier Jadeau, directeur de Cavac Biomatériaux.

« Tous nos marchés se développent. La laine de chanvre a de nombreux atouts. Elle régule l'humidité, ne se tasse pas dans le temps, est imputrescible, n'attire pas les rongeurs ni les mites et termites. Le béton de chanvre apporte un grand confort hygrothermique. Et les deux matériaux s'inscrivent bien dans les attentes des consommateurs et dans les politiques publiques pour un habitat durable. Le débouché automobile est également prometteur. En allégeant les voitures, le chanvre permet de réduire leurs émissions de gaz à effet de serre et particules fines. Enfin, l'interdiction faite aux collectivités d'utiliser des produits phytosanitaires est favorable à l'utilisation des paillages. Même si la production de chanvre augmente partout en Europe et dans le monde, la valorisation évolue positivement et les agriculteurs qui ont testé le chanvre en replantent chaque année."

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Grandes Cultures se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui