Réussir Grandes Cultures 08 août 2013 à 11h37 | Par Nicole Ouvrard

Une CVO pour toutes les céréales à paille

Un nouvel accord interprofessionnel a été signé le 14 juin, concernant la contribution à la recherche appliquée aux semences de ferme, sous forme de cotisation volontaire obligatoire (CVO).

Abonnez-vous Réagir Imprimer
À partir de la récolte 2013, 
la CVO passe à 0,70 euro 
la tonne pour le blé tendre livré.
À partir de la récolte 2013, la CVO passe à 0,70 euro la tonne pour le blé tendre livré. - © J.-C. Gutner

Jusqu'alors, la contribution à la recherche appliquée aux semences de ferme, sous forme de cotisation volontaire obligatoire (CVO), concernait uniquement le blé tendre et s'élevait à 0,50 euro la tonne livrée. Un nouvel accord interprofessionnel a été signé le 14 juin 2013 par les membres de la section céréales à paille et protéagineux du Gnis.
Il prévoit un montant de CVO à 0,70 euro la tonne et une extension à toutes les céréales à paille, c'est-à-dire le blé dur, l'orge, l'avoine, le seigle, le triticale, le riz et l'épeautre.
Les producteurs utilisant des semences certifiées seront remboursés de 2,80 euros le quintal de semence achetée, contre 2 euros le quintal auparavant. Pour le blé tendre, cet accord s'applique pour trois ans dès la récolte 2013, et pour les autres espèces à partir de 2014. Une dérogation est prévue pour les « petits agriculteurs » au sens de la réglementation PAC européenne, et pour les agriculteurs qui livrent des variétés tombées dans le domaine public, ce qui est nouveau. Cet accord fait suite à la Loi de décembre 2011 relative aux certificats d'obtention végétale qui a autorisé les agriculteurs à produire des semences de ferme avec des variétés protégées pour 21 espèces, à condition qu'ils s'acquittent d'une cotisation. Pour entrer en application, cet accord interprofessionnel a été soumis au ministère de l'Agriculture en vue de son extension, ce qui permettra de rendre « obligatoire » la cotisation.


Une hausse de 40 %


L'AGPB, membre de la section céréales à paille et protéagineux du Gnis, a signé cet accord. Du côté de la Coordination nationale pour la défense des semences fermières (CNDSF), on dénonce une hausse de 40 % de la CVO. « Nous sommes systématiquement écartés de toutes discussions, alors que nous représentons plus de la moitié des agriculteurs français, insiste Jean-Louis Courtot, son président. Le médiateur nommé par le ministère sur cette question nous a bien reçu, mais la veille de la signature de l'accord ! Pourtant, nous sommes prêts à la discussion. » La CNDSF souligne le rôle primordial des semences de ferme en cas d'accidents climatiques, ce qui arrive désormais chaque année.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Grandes Cultures se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Machinisme agricole

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui