Réussir Grandes Cultures 04 mai 2015 à 08h00 | Par Christian Gloria

Des nouveautés antimildiou pour la pomme de terre

Quelques spécialités enrichissent la panoplie du producteur de pommes de terre cette campagne pour lutter contre le mildiou.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Quatre nouvelles solutions antimildious sont disponibles en 2015 sur pomme de terre.
Quatre nouvelles solutions antimildious sont disponibles en 2015 sur pomme de terre. - © V. Marmuse / CAIA

Leimay, Rêvus Top, Zampro MZ, le pack Puissance 3 : la pomme de terre bénéficie de quelques nouveaux fongicides antimildious pour 2015. Produit de Syngenta, Rêvus Top apporte la même quantité de mandipropamid que dans un Rêvus à la même dose, avec en plus du difénoconazole. "Rêvus procure une très grande homogénéité en termes d'efficacité contre le mildiou. Il ressort très bien tous les ans dans nos essais, témoigne Guillaume Beauvallet, spécialiste des maladies de la pomme de terre chez Arvalis. Quant à Rêvus Top, nous l'avions testé en 2012 et 2013 avec une efficacité toujours supérieure à la référence Rêvus sur mildiou. Le difénéconazole présente une activité reconnue contre l'alternaria. Le produit s'utilisera préférentiellement à partir de la fin de la croissance active des plants et pendant la phase de végétation stabilisée." D'autres fongicides ont la caractéristique d'être très efficaces sur l'alternariose : Optimo Tech (dimétomorphe + pyraclostrobine), Aderio (zoxamide + mancozèbe), Acrobat M DG (dimétomorphe + mancozèbe), le mancozèbe tout court...

- © Infographie Réussir

Parmi les nouveautés, Leimay (de Philagro) présente une bonne efficacité. "Utilisé seul à la dose de 0,5 l/ha, ses résultats sont très proches des meilleures références, précise Guillaume Beauvallet. Son association à 0,3 l/ha avec d'autres produits comme Polyram DF (métirame) à 2 kg/ha améliore sa performance." La période d'utilisation est la végétation stabilisée jusqu'à la récolte. "Leimay offre une très bonne protection des tubercules", ajoute Guillaume Beauvallet. D'autres produits sont reconnus pour cette fonction : Ranman Top (cyazofamide), le fluazinam, Aderio, Rêvus, Infinito (fluopicolide + propamocarbe HCl), Optimo Tech, Reboot.

Ne pas abuser du cymoxanil, seule molécule à action curative

Le produit Zampro MZ (BASF) est plus en retrait. Il montre une efficacité intermédiaire, en dessous des meilleures références du marché, selon Arvalis. Mais avec l'amétoctradine (Initium), ce produit amène un nouveau mode d'action, ce qui est intéressant dans la stratégie d'alternance de fongicides pour éviter les résistances du mildiou. De plus, il est performant sur alternaria.

Le pack Puissance 3 associe les produits Reboot et Étalon. L'association se trouve dans les essais Arvalis depuis quatre ans. Il s'est classé parmi les meilleurs produits du marché aussi bien dans les essais en végétation stabilisée qu'en croissance active des plants. "Mais son efficacité reste à surveiller car dans les expérimentations 2014 sur deux sites, les résultats ont été très décevants, relève le spécialiste d'Arvalis. C'est en grande partie dû à des performances très faibles du fluazinam dans les conditions de 2014, remarquées chez d'autres produits contenant cette substance active."

- © Infographie Réussir

Dans les produits confirmés, des spécialités comme Ranman Top et Gett (mancozèbe + mandipropamid) sont bien classées dans les essais Arvalis parmi les anti-mildious en végétation stabilisée, alors qu'Infinito se montre un peu décevant. En situation curative, c'est l'association Proxanil (cymoxanil + propamocarbe HCl) 2 l + Ranman Top 0,5 l qui présente les meilleurs résultats, à n'utiliser que sur mildiou déclaré en parcelle. "Le cymoxanil constitue la seule molécule curative aujourd'hui. Donc, il faut éviter de l'utiliser pour beaucoup d'applications même si nous ne connaissons pas de résistance du mildiou à cette matière active actuellement", prévient Guillaume Beauvallet. On n'est jamais assez riche de solutions de lutte contre les maladies fongiques.

2014, seconde année la plus importante en mildiou

L'année 2014 a été la deuxième après 2007 en termes de pression mildiou sur pomme de terre. Il n'y a pas eu d'hiver. De premières taches de mildiou sur feuilles ont été trouvées sur des repousses au niveau de tas de déchets le 24 mars en Picardie, ce qui est particulièrement précoce. Les printemps et été ont été tempérés et arrosés : de bonnes conditions pour le développement de la maladie. Le risque mildiou a nettement augmenté à partir de la mi-mai. A une pression faible sur une vingtaine de jours en juin, ont succédé des attaques très fortes un peu partout et des explosions de maladie sur certains secteurs en août. Malgré tout, les cas graves de mildiou sur tubercule ont été rares.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Grandes Cultures se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Machinisme agricole

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui