Réussir Grandes Cultures 03 mars 2017 à 08h00 | Par Valérie Noël

Toujours des munitions dans les sols

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Vincent Marmuse

Cent ans après la première guerre mondiale, la dizaine de sociétés françaises spécialisées dans la dépollution exhume encore plus ou moins 500 tonnes de munitions chaque année au fil des ventes de terrains et des projets de BTP. La pollution n’est pas que "métallique", mais aussi chimique, à l’image du très instable acide picrique utilisé dans les obus, qui se propage lors de leur décomposition. Comme les autres, les terrains agricoles sont concernés. À Muzeray, dans la Meuse, douze hectares vont ainsi bénéficier prochainement d’un plan de dépollution. Il faut dire qu’à l’été 2015, les agriculteurs de la commune et de deux autres voisines s’étaient vu interdire la vente de leur récolte pour cause de pollution chimique. Outre les champs de bataille, Muzeray a accueilli à l’après-guerre une usine de démantèlement de munitions chimiques de guerre. L’histoire semble se répéter puisque c’est à Bure, dans la Meuse également, que l’on veut enfouir les déchets nucléaires…

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Grandes Cultures se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui