Réussir Grandes Cultures 06 juillet 2017 à 08h00 | Par Christian Gloria

Les engrais uréiques en voie d'interdiction

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les pendillards seront obligatoires à compter de 2019-2020 pour l’épandage d’effluents d’élevage ou, à défaut, pour toute technique permettant de les enfouir, selon le projet d’arrêté.
Les pendillards seront obligatoires à compter de 2019-2020 pour l’épandage d’effluents d’élevage ou, à défaut, pour toute technique permettant de les enfouir, selon le projet d’arrêté. - © Gaëtan Coisel

La consultation publique(1) sur les projets d’arrêté et de décret relatifs au plan national de réduction des émissions de polluants atmosphériques (Prepa) a fait l’objet d’une levée de bouclier de la part d’organisations agricoles, en premier lieu de l’AGPM (producteurs de maïs). En cause, la mention dans l’arrêté « d’interdire à partir de la campagne culturale 2019-2020 l’utilisation de l’urée », selon certaines conditions. L’objectif du plan est entre autres de réduire la volatilisation de l’ammoniac provenant de fertilisants minéraux ou d’effluents d’élevage. « Alors que la profession propose une approche constructive et coordonnée basée sur l’adoption de bonnes pratiques (enfouissement de l’urée…) et sur l’innovation (emploi d’inhibiteurs d’uréases…), le gouvernement a fait le choix d’interdire l’urée, une mesure très impactante pour les producteurs de maïs qui générerait un surcoût insupportable pour notre filière », dénonce sans détour l’AGPM.

Taxation des engrais selon leur niveau de volatilisation

Le ministère de l’Environnement a recueilli les contributions des différentes parties concernées par le Prepa et les a publiées dans un document paru le 11 mai. Le sujet de l’interdiction de l’urée a fait couler beaucoup d’encre. Il est également question dans l’arrêté de taxer l’urée, plus précisément les « engrais azotés en fonction de leur potentiel de volatilisation ». « La quasi-totalité des commentaires insistent sur le fort impact économique de cette taxation », rapporte le ministère. Sur le matériel d’épandage, plusieurs contributeurs s’opposent à toute interdiction des buses palettes et à l’obligation d’utiliser des pendillards, mesures figurant dans l’arrêté.

Un chapitre de l’arrêté concerne les produits phytopharmaceutiques et leur présence dans l’air. Il se résume à proposer des suivis et études de ce type de pollution. Il prévoit ainsi la mise en œuvre « de modalités d’une surveillance pérenne avec un financement issu de la fiscalité sur les ventes de pesticides ». Les organisations agricoles(2) souhaitent, le cas échéant, un financement plutôt par la phytopharmacovigilance. Elles sont opposées à toute augmentation de la fiscalité sur les ventes de phytos.

(1) www.consultations-publiques.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/synthese_des_observations_du_public_prepa.pdf

(2) APCA, FNSEA et Coop de France.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Grandes Cultures se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui