Machinisme 31 décembre 2013 à 08h00 | Par Ludovic Vimond

Les atouts des automoteurs à cabine avancée

Le marché des automoteurs de pulvérisation à rampe arrière et cabine avancée est en progression. Espace en cabine, visibilité et confort y contribuent.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Certains modèles proposent une garde au sol jusqu'à 2 mètres pour travailler dans les cultures hautes. (© Agrifac) L'équilibre des automoteurs à cabine frontale est conçu pour conserver une répartition égalitaire des charges sur les deux essieux, cuve vide et pleine. © Amazone La cabine frontale offre une vue privilégiée sur les cultures, ses adventices, ses maladies et ses ravageurs. © Agrifac Les automoteurs à cabine avancée proposent souvent un empattement court, synonyme de maniabilité, et un centre de gravité assez bas. © Challenger La cabine avancée sans rampe avant procure une excellente visibilité sur la route. © Challenger Les automoteurs à cabine avancée du groupe Exel (Berthoud, Caruelle, Séguip, Tecnoma) se distinguent par une cabine montée sur relevage, offrant un accès privilégié au poste de conduite. © Tecnoma

Très populaires en Allemagne, au Royaume-Uni et au Benelux, les automoteurs de pulvérisation à rampe arrière et cabine avancée (ou frontale) sont de plus en plus plébiscités dans l'Hexagone. « Historiquement, cette position avancée de la cabine a été choisie pour éloigner au maximum le poste de conduite de la rampe, explique Olivier Sénéchal de Holmer-Exxact (Agrifac Condor). À l'époque, les filtrations de cabine n'étaient pas aussi efficaces que celles d'aujourd'hui. »
Mais la cabine en position frontale bénéficie de bien d'autres atouts. Le poste de conduite est isolé des rampes, même repliées. L'environnement extérieur direct de la cabine est donc beaucoup moins souillé, ce qui permet de la garder propre dans son intégralité, « à condition bien sûr que l'ergonomie générale de l'appareil (caisson de rangement
de la combinaison et du masque, emplacement du bidon lave-main...) aille dans ce sens », précise Gilles Henne de Challenger. « De plus, le fait de ne pas avoir de rampes à proximité de la cabine ne contraint pas le dimensionnement de cette dernière pour conserver le gabarit routier de 2,55 mètres, contrairement à un automoteur à cabine centrale », explique François-Xavier Janin de Berthoud. De ce fait, les cabines avancées sont spacieuses et disposent d'un siège passager. La plupart des constructeurs (Agrifac, Amazone, Berthoud, Beyne, Caruelle-Séguip et Tecnoma) proposent une cabine issue d'automoteurs de récolte Claas. De son côté, Challenger emploie le poste de conduitedesestracteursàchenilles.Tous ces postes de conduite ont comme point commun d'avoir les montants arrière en position assez avancée. La visibilité sur les rampes n'est donc pas interrompue, si ce n'est au niveau des buses centrales cachées par la cuve : une caméra comble bien souvent ce manque ! « Plus on s'éloigne de la rampe, plus il est facile de la voir dans son ensemble », poursuit Gilles Henne. Un autre avantage de la cabine avancée est mis

en avant sur la route, où elle offre en effet une position idéale pour manoeuvrer dans les carrefours les plus exigus. Les automoteurs à rampe frontale pâtissent des angles morts générés par le cadre et la rampe. Seul point noir concernant la visibilité, « la cabine avancée ne permet pas d'avoir une vue directe sur les roues et de vérifier si l'on passe bien dans les passages de roue précédents, reconnaît François-Xavier Janin. Mais le développement des solutions d'autoguidage par satellites permet d'y remédier, voire d'être plus précis. »

DES APPAREILS COURTS POUR LA PLUPART

 

Contrairement aux apparences, ces automoteurs sont compacts, exception faite de certains appareils du groupe Exel (Berthoud, Caruelle-Séguip et Tecnoma), dont les modèles à cabine frontale ont été dessinés à partir d'un châssis existant.

Pour les autres marques, le châssis a été spécialement dessiné, avec un empattement court et une maniabilité hors-pair, la palme revenant à Challenger et son rayon de braquage extérieur de 4,75 mètres. Le châssis des Condor d'Agrifac et du Pantera d'Amazone ont de nombreux points communs. Les roues avant et arrière sont montées sur balancier, de façon à gommer les irrégularités du terrain et disposent de suspensions oléopneumatiques pour Amazone et pneumatiques pour Agrifac. Challenger propose une suspension oléopneumatique indépendante sur chaque roue, tandis que Berthoud, Caruelle-Séguip et Tecnoma offrent une version pneumatique sur deux roues et un essieu. Ce dernier accentue le confort en montant une cabine sur relevage avec suspension par boules d'azote : l'opérateur peut monter dans le poste de conduite positionné au ras du sol.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Grandes Cultures se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Réussir Grandes Cultures

Machinisme agricole

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui