Réussir Grandes Cultures 18 décembre 2015 à 08h00 | Par Emmanuel Dessein

Le sud de la Méditerranée devra importer plus

Une étude tenant compte de facteurs démographiques, culturels, climatiques et techniques prévoit une dépendance accrue de l’Afrique du Nord et du Moyen-Orient aux importations à l’horizon 2050.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
L’évolution des modes de consommation alimentaire est l’un des facteurs qui explique l’augmentation de la dépendance céréalière de cette zone.
L’évolution des modes de consommation alimentaire est l’un des facteurs qui explique l’augmentation de la dépendance céréalière de cette zone. - © Nicole Ouvrard / archives

La dépendance céréalière de la région Afrique du Nord – Moyen-Orient « est parmi les plus importantes du monde », montre l’étude que l’Inra vient de mener pour le compte de Pluriagri (1). Les importations agricoles couvrent aujourd’hui 40 % des besoins de la zone. Et d’après les conclusions de l’étude, ce n’est pas près de s’arrêter. Entre 1961 et 2011, la demande alimentaire a été multipliée par six alors que la production végétale a « seulement » quadruplé. Accroissement démographique, régimes alimentaires plus riches en calories, nourriture plus occidentalisée… Autant de facteurs qui influent sur la consommation, donc sur la dépendance.

Une dépendance en hausse quels que soient les scénarios

Pour projeter l’évolution de la demande, l’étude s’est basée sur différents scénarios. Le premier se caractérise par la prolongation des tendances passées. Le second considère une accentuation du changement climatique compte tenu des dernières conclusions du Giec. Sur les autres scénarios, climatiquement classiques, les chercheurs ne font varier qu’un ou deux paramètres : il peut s’agir d’une évolution démographique plus soutenue, d’une augmentation des rendements grâce au progrès techniques ou encore d’une réduction des pertes à la production. Résultat, sur l’ensemble de la région Afrique du Nord – Moyen-Orient, la dépendance aux importations augmentera. Elle passera de 40 % aujourd’hui à 50 ou 55 % en 2050 selon les scénarios, qui sont peu différenciants. En valeur absolue, cela signifie des importations qui monteront à 80 ou 90 millions de tonnes (Mt) dans 35 ans contre 40 Mt aujourd’hui. Cette dépendance accrue sera encore plus nette pour le Maghreb.

(1) Pluriagri est une association formée par des acteurs des filières des grandes cultures et par Crédit Agricole S.A.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Grandes Cultures se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Machinisme agricole

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui