Réussir Grandes Cultures 14 mai 2015 à 08h00 | Par La rédaction

La recherche sur les OGM continue en France et ailleurs

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Soja OGM in vitro en Argentine. La recherche des semenciers sur les OGM a quitté le territoire français.
Soja OGM in vitro en Argentine. La recherche des semenciers sur les OGM a quitté le territoire français. - © N. Ouvrard
Il se nomme Genius comme Genome engineering improvement for useful plants of a sustainable agriculture. Même en employant l'abbréviation d'un titre anglais, ce projet de recherche est tout ce qu'il y a de français. Inra en tête, il associe dix partenaires publics et cinq entreprises privées. "Le projet Genius a pour objectif de développer des outils qui permettront des modifications d'un génome de plante, plus précise et plus efficace qu'avec les outils actuels", présente la plaquette du projet(1). Nulle part il n'est question d'OGM, de transgénèse ou de plantes transgéniques. Avec les outils de transgénèse actuels, l'insertion d'un gène modifié (morceau d'ADN) se fait au hasard dans le génome de la plante. "Genius vise à intégrer l'ADN modifié à un endroit choisi dans le génome ou à changer une ou plusieurs lettres du génome sans introduire d'ADN", lit-on sur la plaquette. Une de ces techniques consiste à utiliser des enzymes particulières, les méga-nucléases. "Ces enzymes sont synthétisées et elles servent à couper l'ADN en des endroits précis. Elles peuvent être utilisées pour annuler la fonction d'un gène, modifier une base de ce gène ou remplacer un gène par un autre. Cette pratique nécessite de la transgénèse à un moment donné", explique Alain Deshayes, ancien chercheur à l'Inra puis chez Nestlé. Une plante génétiquement modifiée (PGM) est définie comme un végétal qui a été modifié sur le plan génétique par l'homme et qui porte des modifications qui n'auraient pas pu se réaliser dans la nature.

La recherche des semenciers exportée outre-Atlantique

L'Inra mène donc des recherches sur les plantes transgéniques mais il ne faut pas le crier sur les toits. Les outils que l'institut met au point seront à la disposition des partenaires du projet, parmi lesquels se trouvent des sélectionneurs français. Selon Alain Deshayes, même si des recherches continuent d'être menées en matière de biotechnologies végétales, la France a pris un retard considérable. Les semenciers français et internationaux ont décidé de ne plus réaliser la moindre recherche sur les OGM en France mais de les exporter outre-Atlantique comme Limagrain avec des études aux États-Unis ou en Argentine. Et ailleurs en Europe ? "Le Vieux Continent n'est pas mieux loti en matière d'avancées sur les recherches sur les plantes transgéniques, analyse l'expert en biotechnologies. Mais certains pays prennent des orientations sans ambiguïté en faveur d'une recherche sur les OGM. C'est le cas du Royaume-Uni." Plus qu'ailleurs en Europe, les Britanniques font confiance aux OGM puisque selon un récent sondage, moins de 30 % d'entre eux considèrent ces plantes comme étant à risque. Le gouvernement de sa majesté a donc pris le parti d'encourager la recherche sur les OGM : un moyen de rester dans la compétition de la recherche scientifique et de pouvoir moins dépendre des produits d'importation à terme.

Consultez la plaquette du projet sur www.genius-project.fr

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Grandes Cultures se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Machinisme agricole

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui