Machinisme 05 juin 2015 à 08h00 | Par Ludovic Vimond

Horsch Leeb 6 GS : une stabilité à toute épreuve

Nous avons essayé, en avril dernier, le pulvérisateur traîné Horsch Leeb 6 GS. Par mesure de sécurité, tous les tests ont été réalisés à l'eau claire. Voici nos impressions après plusieurs hectares passés sous la rampe.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

© Rédaction machinsime Réussir

Sorti en 2013, le pulvérisateur traîné de Horsch a d'abord fait ses preuves en Allemagne, son pays d'origine avant d'arriver en France à l'été 2014, une fois homologué.

Le modèle 6 GS essayé s'inscrit comme un pulvé haut de gamme, en atteste son prix catalogue approchant les 150 000 euros avec les options. Carter inox sous toute la longueur du pulvérisateur, terminal Isobus... figurent parmi les équipements de série. Il dispose également de l'essieu directeur optionnel piloté par un gyroscope. Aussi, celui-ci permet de corriger les effets du dévers après avoir rentré le pourcentage de pente obtenu grâce à un capteur d'inclinaison. En cas de variation importante de dévers sur la longueur, il convient de reparamétrer régulièrement le pourcentage de pente. Le pilotage de l'essieu suiveur se coupe automatiquement au-delà de 15 km/h et doit être réactivé dès qu'on redescend en dessous de ce seuil. Un seuil un peu bas pour un pulvé conçu pour évoluer à grande vitesse, mais sécurisant.

Parmi les particularités de cet appareil, signalons la pompe centrifuge 1 000 l/min entraînée par un moteur hydraulique relié à une pompe à débit variable montée sur la prise de force du tracteur. Cette pompe centrifuge dispose d'une lubrification à bain d'huile (et non par le liquide pulvérisé), garantissant sa longévité même quand elle tourne à sec. Autre originalité, l'huile est refroidie dans la cuve principale, grâce à un réseau de tuyaux.

Mais la principale distinction tient dans la rampe et ses porte-buses. Outre les classiques trijets espacées de 50 cm, les GS sont également disponibles avec des buses tous les 25 cm (quatre buses par tranche de 50 cm), ceci dans un but de limiter la dérive tout en traitant avec des buses à fente de 80°, en triple recouvrement, à 30 km/h et à 30 cm de la végétation. Ceci permet également d'alterner et/ou de combiner plusieurs buses pour travailler avec des variations de débit importantes (bouts de champ et modulation), tout en restant dans les plages de pression adaptées à chaque type de buse.

 

Retrouvez l'intégralité de l'essai dans le numéro de mai 2015 de Réussir Grandes Cultures

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Grandes Cultures se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Machinisme agricole

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui