Réussir Grandes Cultures 19 septembre 2013 à 09h52 | Par Ludovic Vimond

Gros tracteurs - 300 chevaux et plus : place à la puissance

Au sein des très fortes puissances, les constructeurs proposent quatre différents concepts de tracteurs ayant chacun leurs avantages et leurs inconvénients. Petit tour au milieu des gros tracteurs.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les techniques sans labour poursuivent leur développement, d'où des besoins de puissance s'accroissent pour emmener les matériels larges à haute vitesse.
Les techniques sans labour poursuivent leur développement, d'où des besoins de puissance s'accroissent pour emmener les matériels larges à haute vitesse. - © NEW HOLLAND

La puissance moyenne des tracteurs n'en finit pas de grimper. Selon les données d'immatriculations de l'Axema, l'union des industriels de l'agro-équipement, c'est la catégorie des tracteurs de 220 chevaux et plus qui connaît la plus forte augmentation en volumes : + 55,1 % en 2011, + 59,6 % en 2012. En l'espace de deux ans, le volume de cette catégorie de puissance est passé de 1 000 à 2 268 tracteurs. Et 2013 devrait battre encore tous les records ! Les normes antipollution successives s'accompagnent d'un dopage des gammes de modèles standard de fortes puissances.
Il faut dire que la taille des exploitations continue de croître. Et de plus en plus de petites structures font faire leurs travaux à façon. Pour travailler des plus grandes surfaces dans un même laps de temps, les agriculteurs investissent dans du matériel plus large. En parallèle, les modes de culture évoluent, les techniques sans labour poursuivent leur développement : cela induit bien souvent des vitesses de travail élevées. Face à ces évolutions, les besoins de puissance s'accroissent pour emmener les matériels larges à haute vitesse.

Les tracteurs à chenilles de plus de 400 chevaux sont homologués
Maga (machine agricole automotrice), tandis que ceux de moins
de 400 chevaux sont considérés comme des tracteurs.
Les tracteurs à chenilles de plus de 400 chevaux sont homologués Maga (machine agricole automotrice), tandis que ceux de moins de 400 chevaux sont considérés comme des tracteurs. - © L. Vimond

Aujourd'hui, dans l'offre de 300 à 400 chevaux -- et demain 450 chevaux --, se côtoient quatre catégories de tracteurs : les tracteurs standard, avec un châssis traditionnel ; la gamme Claas Xerion qui forme une catégorie à elle seule ; les tracteurs à chenilles et enfin les articulés.
Si les tracteurs à châssis traditionnels ne dépassaient pas 330 chevaux il y a cinq ans, ils tutoient aujourd'hui les 400 chevaux, voire les dépassent. Entre temps, le gabarit de ces tracteurs a évolué vers le haut. Et les manufacturiers suivent en proposant des pneus de
2,15 mètres de diamètre. La norme Tier 4 final, qui entrera en vigueur en 2014 pour les plus de 176 chevaux, devrait encore survitaminer les tracteurs standard avec des montes de pneumatiques de 2,30 mètres : le créneau des tracteurs de plus de 300 chevaux, jusque-là occupé par les chenillards, les articulés et le Claas Xerion, s'est fait littéralement envahir par les modèles à châssis traditionnels.

- © Massey Ferguson, Lemken, Case IH, S. Arnould.

Pour en savoir plus :

voir dossier de Réussir Grandes cultures de septembre 2013. RGC n°272, p. 58 à 67.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Grandes Cultures se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Machinisme agricole

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui