Réussir Grandes Cultures 16 mars 2017 à 08h00 | Par Christian Gloria

Des engrais non conformes à plus de 40 %

Les matières fertilisantes présenteraient des anomalies à hauteur de 42 % selon les derniers contrôles de la DGCCRF(1). L’Unifa(2) conteste la portée de ce résultat.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Sur dix composts analysés, un seul était conforme à la réglementation.
Sur dix composts analysés, un seul était conforme à la réglementation. - © V. Mottin - L'Agriculteur normand

La DGCCRF exerce, entre autres missions, le contrôle des matières fertilisantes et supports de culture (MFSC). Sur la base de 446 établissements contrôlés, les derniers résultats publiés le 27 décembre 2016 indiquent un taux d’anomalie de 42 % constaté sur les produits analysés en laboratoire (232 en tout), des engrais notamment. Cette non-conformité importante des produits fertilisants porte sur de nombreux points. « Les enquêteurs se sont attachés à cibler en premier lieu les délits de mise sur le marché sans autorisation, communique la DGCCRF. De tels produits identifiés ont été retirés du circuit de commercialisation. »

La DGCCRF a relevé également des non-correspondances entre la teneur réelle en éléments fertilisants et celle indiquée sur l’étiquetage ou prévue dans la réglementation. « Les défauts portent généralement sur les éléments majeurs (azote, phosphore, potassium) avec des écarts importants entre les valeurs mesurées et celles annoncées », précise la note de la DGCCRF. Enfin, le dépassement des limites en contaminants est un autre type de défaut fréquemment relevé sur des composts. Par exemple, cinq des dix composts analysés dépassaient les limites autorisées en éléments traces métalliques.

L’Unifa minimise les résultats

Cette proportion de non-conformité peut paraître énorme, d’autant que les deux plans de contrôles précédents dont les résultats ont été publiés le 2 février 2016 et le 21 avril 2015 mentionnaient déjà des taux d’anomalie supérieurs à 40 %.

L’Unifa tente de minimiser ces résultats jugés « alarmistes ». « La DGGCRF cible nécessairement les sites (producteurs et distributeurs) pour lesquels des doutes existent, juge l’organisation pour qui les chiffres ne reflètent pas la réalité. L’échantillon de produits testés n’est pas représentatif de l’ensemble de la filière fertilisation. En France, il y a plus de 4000 références en MFSC. La DGCCRF en a testé 232 dont 97 présentent un défaut. » Pas sûr que l’interprétation de l’Unifa satisfasse les services de la DGCCRF.

(1) Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes

(2) Union des industries de la fertilisation

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Grandes Cultures se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui