Réussir Grandes Cultures 20 mars 2013 à 23h44 | Par Saïda Marghadi et Gabriel Omnès

CAP 2018 - Sofiprotéol vise une croissance à l’international

Les perspectives difficiles sur le marché du biodiesel obligent Sofiprotéol à réadapter la stratégie du groupe.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
L’activité de Diester Industrie, au sein du
groupe Sofiprotéol, a été freinée en 2012.
L’activité de Diester Industrie, au sein du groupe Sofiprotéol, a été freinée en 2012. - © S. Leitenberger
En 2012, le chiffre d’affaires de Sofiprotéol a été de 7 milliards d’euros. Le premier producteur européen de biodiesel a subi des difficultés liées au retournement du soutien public vis-à-vis des biocarburants, et à la concurrence de l’Indonésie et de l’Argentine qui ont vendu du biodiesel en Europe avec des incitations fiscales. « L’année 2012 a été excessivement difficile », avoue Jean Philippe Puig, directeur général.
Dans ce contexte, Sofiprotéol vient de modifier le périmètre de ses activités européennes dans le biodiesel en faisant évoluer son partenariat avec le groupe Bunge dans leur filiale commune Diester Industrie International (DII). Sofiprotéol est présent dans de nombreux pays, principalement en Europe, au Maghreb, à Singapour et au Mexique. Il ne compte pas s’arrêter là et souhaite se développer au niveau international en privilégiant sa présence autour du bassin méditerranéen, ce qui offre de nouveaux relais de croissance face à un marché français qui stagne. Sofiprotéol réalise déjà 26 % de son chiffre d’affaires à l’étranger, ce qui lui a permis de dégager 40 % de son résultat.

PLAN STRATÉGIQUE POUR 2018

Jean Philippe Puig, a lancé un plan stratégique nommé CAP 2018, visant à renforcer les gammes des sociétés leaders (Diester et glycérine, Mâtines, Lesieur et Puget, Sanders). L’objectif est aussi de poursuivre le développement de l’oléochimie à partir des matières premières issues de la filière (colza, tournesol). Sofiprotéol prévoit d’augmenter son chiffre d’affaires de 30 % grâce à la mise en oeuvre de son plan stratégique pour atteindre 8,9 milliards d’euros en 2017, et de doubler son résultat opérationnel (EBITDA) à plus de 400 millions d’euros.

INTERESSEMENT FINANCIER

Sofiprotéol veut convaincre les agriculteurs que la logique de diversification et d'investissement toujours plus loin de ses bases est bénéfique pour eux. "C'est déjà le cas aujourd'hui en ramenant du résultat mais il faut aussi trouver comment associer l'agriculteur à ce retour de résultat, souligne Gérard Tubéry, président de la Fédération des producteurs d'oléagineux et de protéagineux (FOP). L'idée, c'est comment l'agriculteur, individuellement ou collectivement, peut-il être impliqué financièrement dans ces projets ? Les statuts ne le permettent pas actuellement, mais il faut expertiser le principe."

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Grandes Cultures se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Réussir Grandes Cultures

Machinisme agricole

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui