Réussir Grandes Cultures 15 novembre 2012 à 10h53 | Par L. Vimond

Betteraves - Optez pour le scalpage minimal

Ces dernières années, les constructeurs ont fait évoluer leurs intégrales pour réduire les proportions de betteraves avec des pétioles ou trop scalpées. Mais d'autres critères comme le confort, la portance au sol et la consommation ont aussi été pris en compte.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Betteraves scalpées au minimum (© Ropa) Micro-scalpeur Dyna-Cut d'Holmer © G.Coisel Holmer - Terra Dos T3 © G. Coisel Ropa - Euro-Tiger V8-3 © G. Coisel

La restructuration de l'industrie sucrière ces dernières années a pour conséquence une campagne plus longue. Il en découle des problèmes de conservation dans les silos. Repousses et surtout pourritures sont les risques à prendre en compte. Consommatrices de sucre, les pourri- tures s'installent sur les « plaies ouvertes » de la betterave, c'est- à-dire principalement le zone scalpée, mais bien sûr aussi au niveau de la casse du pivot. Plus une betterave est entière, moins elle est atta- quée et moins il y a de consommation de sucre par la pourriture. Par rapport à un scalpage classique, la conserva- tion du sommet de la betterave permet de gagner quelques pourcents de sucre.

Avec son effeuilleuse FM, Grimme propose une solution technique pour récolter les betteraves chauves qui se dispense complètement de scalpeurs. Cette effeuilleuse est pourvue de deux rotors tournant en sens inverse, équipés de battes en caoutchouc, qui fouettent la végétation jusqu'au ras du collet. Cette conception nettoie efficacement les betteraves des pétioles, mais se révèle plus coûteuse en entretien (usure des battes de caoutchouc).

Cependant, la betterave entière pose des problèmes de qualité pour la trans- formation industrielle. La concentration en sucre est moindre, les impuretés mélassi- gènes qui limitent l'extraction du sucre sont plus impor- tantes et les repousses de pétioles consomment du sucre et posent des difficultés de gestion des déchets à l'usine. « D'ailleurs, les betteraves chauves ne sont pas réceptionnées en tant que telles par les sucreries fran- çaises : le collet n'est pas payé », explique Cédric Royer, de l'ITB. Le scalpage minimal, en revanche, a été validé par les sucreries. Visant une coupe du collet de la taille d'une pièce de deux euros, le scalpage minimal semble le meilleur compromis entre conservation et qualité industrielle. Avec le Micro- Topper et le Dyna-Cut, Ropa et Holmer ont été les pionniers de cette techno- logie.


La dernière génération de Micro-Topper de Ropa
se distingue des scalpeurs tradi- tionnels par une suspension sur double bielle supportant l'ensemble peigne- couteau : lorsque le scalpeur est en position basse (petite bette- rave), le couteau est quasiment aligné avec le bas du peigne. En position haute, le couteau vient trancher légè- rement plus bas que le bas du peigne.

Le Dyna-Cut d'Holmer dispose d'une cinématique comparable. Par rapport aux scalpeurs traditionnels du constructeur, la nouvelle génération a perdu un tiers de son poids, ce qui lui permet d'être plus réactif. Elle effectue davantage de déplacements verticaux par mètre parcouru (160 mm/m) qu'un scalpeur clas- sique (100 mm/m), quelle que soit la vitesse d'avancement. Ainsi, les scalpeurs nouvelle génération retrou- vent plus rapidement leur position initale. Il en résulte moins de bette- raves avec des pétioles. Plus légers, les peignes abîment moins les bette- raves et réduisent sensiblement les effets de surscalpage.

Kleine propose en option le système OptiCut sur sa nouvelle génération d'intégrales. « Non seulement ce système assure un scalpage minimal, explique Francis Bouffletz, qui importe Kleine en France, mais il est également possible de moduler hydrau- liquement l'écartement entre le peigne et le couteau, c'est-à-dire l'intensité de scalpage. »

Récemment Grimme a développé Minima, un système de scalpage minimal. Il est accompagné d'une effeuilleuse à rotor unique combi- nant des marteaux entre les rangs et un mélange de couteaux et de battes caoutchouc sur le rang afin de réduire les coûts d'usure. Même les bette- raves non scalpées sont ainsi débar- rassées des pétioles.



Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Grandes Cultures se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Machinisme agricole

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui