Réussir Grandes Cultures 25 juillet 2003 à 12h08 | Par Denis Lucas

Avec une charrue spécifique, labourer sans bouleverser le sol

Concilier agriculture biologique et travail du sol simplifié n´est pas aisé. Le Gaec Manaore a pourtant trouvé avec la charrue Charlier, un moyen d´effectuer un labour de surface qui ne bouleverse pas la structure du sol.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

« En passant en bio, il me paraissait difficile d´échapper au labour », déclare Philippe Marciniak. En Gaec avec son fils Bastien, en Haute-Saône, il a entamé la reconversion en bio de l´exploitation en juillet 2002, après avoir utilisé des techniques culturales simplifiées pendant treize ans. Mais après avoir travaillé si longtemps sans charrue, il était difficile de revenir totalement en arrière.
Quand Philippe et Bastien Marciniak ont découvert la charrue déchaumeuse Charlier, cette machine a donc tout de suite retenu leur attention. Grâce à des socs et des versoirs particuliers, elle peut travailler à faible profondeur tout en retournant totalement la terre. « Cette charrue permet de labourer sans remettre en cause la structure du sol. Et en l´absence de rasettes, le labour est homogène tout au long du profil », explique Philippe Marciniak. Le travail à faible profondeur, associé à l´absence de pointes, limite également la remontée de cailloux.

Philippe et Bastien Marciniak ont opté pour un modèle semi-porté à douze corps, à 17 500 euros HT. Ayant goûté au travail simplifié, ils cherchaient en effet un outil qui travaille assez vite.
Au Gaec Manaore, la charrue déchaumeuse Charlier est utilisée à sept centimètres de profondeur. « La terre est totalement retournée pour neutraliser les racines de rumex, chardon et pissenlit », explique Philippe Marciniak. « Je pense que cet outil pourrait aussi être utile aux agriculteurs en TCS, pour nettoyer les parcelles du brome et du gaillet en passant une fois de temps en temps ».
©D. R.

Une vitesse limitée à 7 km/h pour éviter le billonnage
La charrue travaille hors raie et dispose de roues de jauge à l´avant et à l´arrière, en plus du chariot central, pour assurer un bon contrôle de la profondeur de travail. Sa longueur importante impose de laisser une grande fourrière. Un tracteur de 130 chevaux équipé de pneumatiques de 650 millimètres de large assure la traction. Les associés admettent qu´un 110 chevaux serait suffisant, d´autant que le travail hors raie, à plat, améliore l´adhérence.
Avec ses trois mètres de largeur de travail, l´engin permet de travailler deux hectares à l´heure. La vitesse est volontairement limitée à 6,5-7 km/h.

Reprise au vibroculteur ou semis direct
« Sinon la charrue a tendance à projeter la terre et à faire des billons », remarque Bastien Marciniak. Il note par ailleurs que les boulons de sécurité qui équipent chaque corps sont peu sollicités : « Je n´en ai cassé que trois sur deux cents hectares, dont un avec une racine ».
Derrière la charrue déchaumeuse, la reprise du labour est généralement effectuée avec un vibroculteur semi-porté équipé d´une barre niveleuse.
Philippe et Bastien Marciniak ont également fait un essai de semis directement derrière le labour, en terre limoneuse, avec le semoir Väderstad qu´ils utilisent en Cuma.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Barrois Benjamin | 08 juillet 2008 à 13:32:45

bonjour je suis fils d'agriculteur dans le département de la Haute Marne, sur des sols argilo-calcaires superficiels, fortement chargés en cailloux. je me demandais donc si cette charrue peut convenir dans ce type de terres. de plus sur ces plateaux les rotations sont courtes, et qu'avec des cultures d'hiver, et on a d'important problèmes de désherbage. cette charrue permet-elle réellement de limiter le désherbage? merci

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Grandes Cultures se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Machinisme agricole

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui